gaspilleurs silencieux

Il est temps d’agir : les gaspilleurs silencieux font exploser les émissions de CO2 (et pillent nos comptes)

Les pouvoirs publics belges ne sont guère à leur avantage s’agissant des accords climatiques. Non seulement avons-nous hérité du prix Fossile au sommet de Paris, mais voilà qu’à peine quelque mois plus tard, nous sommes déjà à la traîne dans l’exécution de l’accord sur le climat conclu dans la capitale française. En tant que citoyen, la seule chose que nous puissions faire est d’examiner ce que nous pouvons entreprendre nous-mêmes en tant que consommateurs. Dans un monde idéal, ce sont les responsables politiques qui montrent l’exemple. Mais dans le cas présent, nous devons inverser la logique. 

Un des principaux fauteurs de troubles dans la consommation d’électricité domestique peut heureusement être maîtrisé d’une manière assez simple et sans perte de confort. Bon nombre des appareils électriques de nos habitations consomment en effet de l’énergie, sans que cela nous apporte quoi que ce soit. C’est ce que l’on appelle la consommation de veille.

Au fond, nous le savons tous : un téléviseur en veille consomme de l’énergie. Nous le savons, et malgré cela, nous le laissons en veille. Cela est imputable notamment à un manque d’information. Des études ont montré que quiconque dispose d'un feed-back en temps réel sur sa consommation d’électricité (pas seulement sur sa consommation en veille) procède automatiquement à une économie de 12 %. Les faits ne mentent pas. 

Dans les années 90, les intoxications au CO ont causé plus de 40 décès chaque année dans notre pays. Ce chiffre a entre-temps été réduit de moitié. Cela est dû au fait que les nouveaux appareils sont plus sûrs, mais aussi à des campagnes de prévention intensives. Tout le monde sait depuis lors que le CO est un ‘tueur silencieux’ et c’est pour cela que les gens font vérifier leur poêle ou remplacent leur ancien boiler par un modèle plus récent et plus sûr. 

La même démarche est nécessaire en ce qui concerne la consommation d’énergie. Il faut là aussi un changement de mentalité, préalable indispensable à un changement de comportement. Faute d’une campagne contre les gaspilleurs silencieux, je la mènerai donc ici. Ce dont il est question en l’occurrence, ce sont les gaspilleurs d’énergie, comme les vieux frigos et les vieux téléviseurs, et d’une modification générale des comportements : faites sécher votre linge à l’extérieur, ne chauffez que l’eau dont vous avez besoin, faites fonctionner votre lessiveuse à basse température… 

Le changement de comportement le plus simple est toutefois celui qui concerne la consommation en veille. Une console de jeu qui est laissée en veille toute l’année durant coûte 50 euros par an. Les décodeurs digitaux sont rarement coupés. Pourtant, leur consommation en veille peut s’élever à plusieurs dizaines de watts. La consommation annuelle peut grimper jusqu’à plus de 250 kWh par an. Cela représente 55 euros. Un mini-chauffe-eau : 30 euros. Une machine à expressos qui reste branchée : 8 euros par an. Faites la somme et vous parviendrez à des centaines d’euros par an, simplement en coupant l’alimentation de vos appareils ou en les commandant avec des temporisateurs.

Il va sans dire que lorsque les gens se voient présenter les chiffres, ils économisent d’emblée quelques centaines d’euros sur leur facture d’électricité. Et comme notre énergie est loin d’être verte, nous pourrions également éviter une bonne dose de CO2. Ceux qui laissent leur décodeur numérique branché entre les moments de télévision émettent 130 kg de CO2 par an. C’est aussi polluant que de parcourir 500 kilomètres avec une petite voiture.

Nous avons mesuré tout cela avec Smappee. Smappee est un appareil permettant aux utilisateurs de voir leur consommation d’énergie en temps réel. Les big data nous offrent toutefois quelques données intéressantes. 6 mois après l’installation de son Smappee, le Belge moyen économise 4,27 % sur sa consommation en veille par rapport au premier mois. Les Néerlandais font encore mieux, ils économisent 8,93 %. Et nous ne parlons ici que de la seule consommation en veille, uniquement le premier mois, simplement en débranchant plus souvent votre téléviseur, votre radio, votre PC ou votre imprimante. 

Si nous voulons que le Belge soit un peu plus attentif à sa consommation d’électricité, il faudra lui fournir suffisamment d’informations. Ces dix dernières années, nous avons appris non seulement à mieux gérer le CO2 grâce à des campagnes d’information, mais nous avons également appris à trier, à arrêter de fumer et à faire la fête avec BOB. Autant de choses dont nous savions certes qu’elles n’étaient pas bonnes pour nous, mais où nous n’avons pas pris nos responsabilités. Il est temps à présent de le faire pour la consommation d’énergie. Et commençons par le plus simple : les gaspilleurs silencieux.