Arne Van Acker SmappeeDe quelle manière nos utilisateurs Smappee tirent-ils le meilleur profit de leur appareil Smappee ? Curieux comme nous sommes, nous avons décidé de demander à quelques utilisateurs de partager leurs expériences personnelles avec nous. Le troisième est Arne Van Acker, un étudiant belge en génie industriel et en informatique, qui utilise les informations fournies par la facture détaillée de Smappee afin d’investir dans plusieurs solutions domestiques.

Présentez-vous en quelques mots.

Je suis étudiant en génie industriel et en informatique et l’énergie renouvelable me passionne. En dehors de mes études, je m’intéresse aux différents systèmes d’énergie et aux microréseaux. En juin 2016, j’ai installé Smappee Solar chez moi. J’habitais encore chez mes parents, dans une maison quatre façades comptant plusieurs dispositifs très énergivores, comme une voiture électrique, une piscine et une pompe à chaleur. En déménageant pour vivre seul plus tard dans l’année, j’ai commandé un nouveau Smappee à installer dans mon nouveau logement. Depuis, j’ai même acquis un troisième exemplaire pour mes beaux-parents. Étant donné que le Smappee de la maison de mes parents est actif depuis plus longtemps, ses données sont les plus au point.

Qu’est-ce qui vous a poussé à acheter ce premier moniteur Smappee ?

Nous avions des panneaux solaires sur le toit depuis quelques années, mais notre facture d’électricité restait très élevée. Pour découvrir ce qui consommait autant d’énergie, j’ai commencé à chercher des systèmes simples de mesure de la consommation. Dans la mesure où il détecte chaque appareil individuellement, le Smappee Energy m’a tout de suite plu. Le principe de Smappee est nettement plus rentable qu’un système qui demande des dizaines de prises de mesure différentes.

Comment Smappee vous a-t-il aidé à gérer les dispositifs énergivores ?

Sur la base des données détaillées collectées par le moniteur Smappee, nous avons pu calculer avec fiabilité le délai d’amortissement de certains investissements :

1) En détectant les différents appareils, le moniteur Smappee nous a permis de découvrir que l’eau chaude dans la salle de bain nous coûtait environ 500 € par an, et ce, relativement indépendamment de la quantité d’eau consommée. Même lorsque personne n’était à la maison, quelque 5 kWh étaient consommés chaque jour. Nous devions donc nous débarrasser de notre vieux chauffe-eau électrique.

2) Grâce au Smappee Gas & Water, nous avons décelé des anomalies au niveau de l’adoucisseur d’eau et nous l’avons donc remplacé.

3) Nous avons également découvert que le circuit de chauffage pouvait être bien plus respectueux de l’environnement et bien moins cher en le raccordant à un chauffe-eau solaire. Nous pourrions ainsi profiter pleinement de notre énergie solaire, en transformant le surplus d’énergie en chaleur.

Comment ces investissements ont-ils permis de faire baisser la facture d’énergie ?

Sans le moniteur Smappee, il aurait été presque impossible de déterminer le rendement de ces investissements. Nous nous attendons à ce que la facture de l’année prochaine – à savoir la période de juin 2017 à juin 2018 – soit négative et que la consommation d’énergie ait diminué de plus de 50 %. Il s’agit naturellement d’estimations. Nous attendons encore l’installation du chauffe-eau solaire et quelque temps pour évaluer les économies escomptées de manière plus précise.

Utilisez-vous également les Prises Confort ?

Oui, j’utilise intelligemment les Prises Confort pour allumer et éteindre les appareils énergivores selon la production solaire. J’éteins les appareils lorsque la production d’énergie solaire est faible et je leur envoie le surplus d’énergie solaire lorsque la production est importante. J’ai ainsi réussi à utiliser mon Tesla Powerwall de manière plus optimale et à mieux rentabiliser cet investissement. Je suis actuellement en train de créer un petit programme qui adapte la vitesse de recharge de ma voiture électrique sur la base des mesures de Smappee. Tous ces points contribuent à faire baisser la facture d’énergie et à augmenter le taux d’autoconsommation solaire, à savoir l’adaptation automatique de votre consommation en fonction de la quantité d’énergie solaire disponible.

Quels sont, selon vous, les points forts et les points faibles de Smappee ?

Les données de mesure précises et en temps réel sont une mine d’or et constituent une base pratique pour, à petite échelle, réduire la consommation en veille et utiliser surtout les gros énergivores lorsque suffisamment d’énergie solaire est disponible. Je suis extrêmement satisfait du fonctionnement du moniteur Smappee. La détection des appareils n’est pas parfaite – les petits appareils similaires ne sont pas toujours parfaitement détectés –, mais les dispositifs ayant une consommation relativement régulière et/ou importante sont enregistrés avec une grande précision.

Selon moi, l’installation du moniteur est un point faible. Je la déconseille fortement à des personnes n’ayant pas d’assez bonnes connaissances en électricité, surtout pour les installations solaires triphasées. J’ai moi-même besoin de 20 à 30 minutes par installation, mais un boîtier de commutation peut être impressionnant pour un non-initié et peut même le décourager.

Avez-vous des conseils à donner aux autres utilisateurs de Smappee ou aux utilisateurs débutants ?

Je conseille aux nouveaux utilisateurs de ne pas trop se fier aux données au début : il peut s’avérer difficile d’y voir clair. Après une semaine, le moniteur aura déjà identifié toute une série d’appareils et il sera plus facile de tirer des conclusions. Ensuite, par contre, il est important de consulter l’application régulièrement. Certains changements dans le ménage peuvent avoir des conséquences surprenantes sur la consommation d’énergie.