Stefan Grosjean, fondateur et CEO de Smappee

La connaissance de la consommation en temps réel entraîne une économie de 12 %

 A l’occasion de l’ouverture du sommet sur le climat de Paris, Stefan Grosjean, fondateur et CEO de Smappee, lance une idée qui pourrait réduire de 12 % la consommation d’énergie. À l’heure qu’il est, les consommateurs ne sont informés qu’une fois par an de leur consommation d’énergie, à savoir lors de l’envoi du relevé annuel. Des études ont pourtant montré qu’une connaissance de la consommation peut engendrer une économie de 12 %. Stefan Grosjean propose de commencer par un simple SMS qui informe le client de sa consommation. « Pourquoi reçois-je en fin de mois un avis si j’ai dépassé ma limite d’appels, alors que je n’en reçois pas si je consomme trop ? L’énergie constitue pourtant une dépense bien plus importante ! »

Stefan Grosjean, fondateur et CEO de la start-up courtraisienne Smappee et expert en gestion de l’énergie, s’interroge sur la lenteur avec laquelle évolue le secteur de l’énergie. Si l’internet et le GSM ont révolutionné le secteur des télécoms, le secteur de l’énergie devra lui aussi changer radicalement. Pour l’heure, toutefois, la progression est trop lente. En prélude au sommet sur le climat à Paris, Stefan Grosjean entend tirer la sonnette d’alarme auprès des acteurs concernés.

La transparence comme source d’économies

« Actuellement, les clients ne reçoivent pas les informations auxquelles ils ont droit,» explique Stefan Grosjean. « J’estime que l’on doit bénéficier des mêmes services que chez un opérateur de télécoms. Le fait d’envoyer un simple SMS en cas de dépassement d’une certaine limite ne devrait pas constituer un défi insurmontable pour le gestionnaire de réseau ou le fournisseur d’énergie. Et il serait même préférable de donner à chacun un accès direct à sa consommation d’électricité. C’est une question de transparence et cela génère automatiquement des économies. »

Une étude scientifique a montré qu’un feed-back quotidien ou hebdomadaire, par exemple par SMS, conduit à une économie d’énergie de 8,4 %, pour la simple raison que les utilisateurs agissent alors de manière plus responsable avec leur consommation. Une connaissance en temps réel de leur consommation peut même générer une économie de 12 %.

C’est bien entendu une bonne chose pour le climat, car cela réduit par la même occasion les émissions de CO2. Cela génère parallèlement une économie financière. Compte tenu de la consommation moyenne des ménages de notre pays, cela pourrait représenter pour la Belgique une économie globale de 322 millions d’euros. D’après Stefan Grosjean, le sommet sur le climat de Paris constitue un excellent motif d’engager les démarches en ce sens.

« Nous ne devons pas attendre que nos dirigeants légifèrent pour nous mettre en action, » poursuit Stefan Grosjean. « Le secteur de l’énergie va traverser un changement de comportement durable dans les prochaines années, tout comme cela a été le cas dans le secteur des déchets. Ce qui est considéré aujourd’hui comme une consommation normale sera impensable dans dix ans. Les ménages vont devenir des petites unités de commande décentralisées avec des appareils intelligents gérés par l’internet des objets. Si le secteur de l’énergie veut faire preuve d’intelligence, il doit lui-même prendre les choses en mains. Un simple SMS, ce n’est vraiment pas compliqué, et cela peut procurer de substantielles économies aux consommateurs et aux PME. »

Supermarché sans indication de prix

Stefan Grosjean a une vision claire de l’avenir du secteur de l’énergie. Il y aura sensiblement plus d’électricité verte et cela nécessitera des investissements. Entre-temps, il importe surtout de consommer moins d’énergie, en attendant cet appoint d’électricité verte. Pour y parvenir, nous avons urgemment besoin d’un meilleur aperçu de ladite consommation.

« Tout comme avec la facture de GSM, qui vous renseigne le prix de chaque appel, » précise encore Stefan Grosjean, « vous devriez pouvoir savoir combien de kWh vous consommez. La situation actuelle est un peu comparable à faire son shopping dans un supermarché où il n’y a pas d’indication de prix et où la note finale vous est présentée seulement lors de votre passage en caisse. C’est complètement dépassé. »

Avec sa start-up Smappee, Stefan Grosjean prouve d’ailleurs que les consommateurs peuvent eux aussi agir de manière proactive. Smappee a développé un moniteur d’énergie intelligent du même nom, qui aide les consommateurs et les entreprises à utiliser l’énergie de manière plus responsable. L’appel que Stefan Grosjean lance au secteur de l’énergie s’inscrit donc dans cette logique : nous devons non pas nous faire du souci pour le climat, mais agir dès maintenant.